DIFFÉRENCES & RÉPÉTITIONS

Mes territoires sont hors de prise, et pas parce qu’ils sont imaginaires, au contraire : parce que je suis en train de les tracer.”

Gilles Deleuze et Felix Gattari, Milles Plateaux.

 

Créé en 1968 avec pour but de fragmenter la ceinture rouge francilienne, le département de la Seine-Saint-Denis se constitue dans un double mouvement d’attachement et d’isolement par rapport à Paris. En rupture idéologique avec la capitale concomitante, elle l’est aussi démographiquement, économiquement, culturellement, tout en restant « la périphérie de … ».

Par opposition à l’immuable patrimoine parisien, elle affirme son identité par l’hétérogénéité de son territoire, le pluralisme de ses voix, la radicalité de ses mutations.

Alors que se profilent les Jeux Olympique 2024, dont elle est l’un des plus grands bénéficiaires, la Seine-Saint-Denis se trouve embarquée dans des chantiers monumentaux, dont la portée tranche avec la réalité du terrain.

Anciennes vastes plaines agricoles devenues zone industrielle la plus étendue d’Europe, elle souffre maintenant de son urbanisation précoce.

Département le plus cosmopolite, mais aussi le plus pauvre de France métropolitaine, il est de même l’un des plus jeunes. Faisant face à un passé prégnant et une situation actuelle difficile, la Seine-Saint-Denis aborde les années 2020 avec de hautes ambitions pour le futur.

A l’heure où une armée de grues retournent le sol tout autant pour construire un avenir rutilant que pour enfouir un gênant présent, c’est un territoire entier qui fait apparaître ses strates à nos yeux. Agricole et industriel, naturel et urbain, pauvre et opulent, toutes ces nappes asynchrones composent un paysage complexe, à la fois spatiale et temporel, traversé d’un rapport de force constant. Celui opposant la morbide répétition de l’identique, de l’ordre établi et à ré-établir, et la vigoureuse répétition de la différence, celle de la vie qui disparaît et jaillit de nouveau.

Ici, cette dernière n’a jamais semblé aussi belle.

Mais elle n’a aussi, malheureusement, jamais semblé aussi fragile.

 

PROJET EN COURS

 


 

“My territories are beyond grasp, and not because they are imaginary, but on the contrary, because I am in the process of outlining them.”

– Gilles Deleuze and Felix Gattari, A Thousand Plateaux

 

Established in 1968 for the purpose of fragmenting the Île-de-France’s “red belt,” the Seine-Saint-Denis department was formed in a way that simultaneously attached it to and isolated it from Paris. Ideologically split from the concomitant capital, it was also demographically, economically, and culturally so, all while still being “the periphery of.” In opposition to Paris’s immutable heritage, the area asserted its own identity through its heterogeneity, the plurality of its voices, and the radicalness of its mutations.

As the 2024 Olympic Games loom, of which it is one of the biggest beneficiaries, the Seine-Saint-Denis finds itself caught up in monumental building sites, whose scope contrasts with the reality on the ground.

Former vast agricultural plains that have become the most extensive industrial area in Europe, it is now suffering from its early urbanization.

The most cosmopolitan department, but also the poorest in mainland France, it is also one of the youngest. Facing a prominent past and a difficult current situation, Seine-Saint-Denis is entering the 2020s with lofty ambitions for the future.

At a time when an army of cranes are working the ground just as much to build a shiny future as to bury an annoying present, it is an entire territory which makes its strata appear to our eyes. Agricultural and industrial, natural and urban, poor and opulent, all these asynchronous layers make up a complex landscape, both spatial and temporal, crossed by a constant balance of power. That opposing the morbid repetition of the identical, of the established order and to re-establish, and the vigorous repetition of the difference, that of the life that disappears and springs again.

Here, the latter has never seemed so beautiful.

But it has also, unfortunately, never seemed so fragile.

 

ONGOING PROJECT